Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
289
veut emporte: chiffons, immondices, vieux papiers, ce sont mar-
chandises d'une nature trop relevée pour notre commerçant. Il
en veut, lui, tout simplement, aux clous égarés de la ferrure
des chevaux, aux parcelles de fer emportées par le frottement
au cercle de la roue; il lave la boue de la ville, cet homme,
comme d'autres esclaves lavent le sable d'or du Mexique; il
est heureux d'amener un clou sans tête, comme d'autres nègres
qui trouvent un diamant dans les mines. Voyez cet homme!
quelle attitude pénible! comme il est couché sous sa proie, que
de passions et d'avidité dans le regard! comme il joue avec la
fortune! comme son cœur bat dans sa poitrine! Pauvre homme,
hélas! la mine est peu abondante! La révolution de juillet a
renvoyé tant de chevaux à la charrue, elle a réformé tant de
voitures, que c'est à peine si le ruisseau charrie encore assez
de fer pour que le regratteur gagne de quoi aller, le dimanche
et le lundi, se consoler à la barrière. Dans des temps meil-
leurs, il y restait trois jours!
Quand vous avez évité le regratteur et l'eau qu'il jette de côté
et d'autre, vous tombez d'ordinaire vis-à-vis le commissionnaire
du quartier. Cet homme est le plus souvent un épais gaillard à la
vaste poitrine, aux larges épaules, à la barbe noire; on sent à
le voir que c'est un homme à son aise, qui ne doit rien à
personne, auquel on doit beaucoup, et qui n'est pas sans avoir
quelque bonne réserve pour les mauvais jours. Le commission-
naire du quartier, c'est votre domestique à vous, mon domes-
tique à moi, notre domestique à nous tous; il est de toutes
les maisons, il entre et il sort à volonté; on l'appelle pour
scier le bois en hiver; pour monter les fleurs en été; pour porter
une lettre en tout temps; c'est lui qui conduit monsieur à la
diligence, qui va au-devant de madame à son retour; le com-
missionnaire a un nom à lui; on sait de quel pays il est; quel
est son âge et celui de sa mère, combien il a d'enfants, ce que
fait sa femme; il est l'ami de la cuisinière, et l'ennemi du
portier; du reste indépendant comme un domestique qui a plu-
sieurs maîtres; intelligent et actif comme un cultivateur qui
espère; faisant beaucoup en agissant peu, parcourant beaucoup
de chemin en allant au pas; ne disant jamais rien de trop;
19