Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
SUPPLÉMENT ET ADDITIONS.
Notice.
anne-louise-gekmaine necker, baronne de staêl-holstein, uaquit à
Paris en 17^6; elle e'tait fille de M. Neeker, banquier genevois, qui devint
ministre des finances sous Louis XVL Élevée dans le XVIII® siècle, dans
ce temps oii l'esprit était la seule affaire, sa rare intelligence avait reçu
l'éducation la plus hâtive. Toute petite, elle était là, dans le salon de son
père, homme de talent, philosophe, ministre; elle prenait part à tout,
conversait avec les premiers esprits du temps. Il est donc tout simple
que, douée d'une vivacité merveilleuse et toujours excitée, mademoiselle
Necker ait montré, dès l'âge de douze ans, plus d'esprit que tous les gens
qui faisaient de l'esprit auprès d'elle. Après cette éducation d'esprit, de
grâces et de frivolité, voilà que tout à coup on arrive devant l'œuvre si
sérieuse d'une révolution sociale. En 1786, elle. épousa le baron de Staël-
Holstein, ambassadeur de Suède. L'esprit de madame de Staël passe à une
nouvelle école; elle débute par l'enthousiasme. Dans ses ouvrages, elle
raconte avec une éloquence naïve le bonheur de vivre en 1789. Mais cela
ne saurait durer longtemps. Cette première joie, ce premier enthousiasme
est bientôt remplacé par une vertueuse indignation, par des craintes et
par des dangers inévitables. C'est dans cette variété d'éducations morales,
unie à cette nature si rare, que nous trouvons la source de tant d'ouvrages
opposés, les Premiers Essais, les Lettres sur J.-J. Rousseau, la Défense
de la reine, les Réflexions sur la paix, les Nouvelles; un livre sur les
Fictions, un autre de l'Influence des passions sur le bonheur, Corinne,
les Considérations sur la révolution française, etc. Une dernière épreuve
lui restait à subir; c'était la lutte contre un pouvoir ombrageux et impa-
tient de toute liberté de penser. Madame de Staël avait fui avec horreur,
et non sans péril, l'anarchie sanglante de la Prance. Dans sa retraite, le