Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
254.
Les Catacombes de Rome.
Sous les remparts de Eome, et sous ses vastes plaines,
Sont des antres profonds, des voûtes souterraines
Qui, pendant deux mille ans, creusés par les humains.
Donnèrent leurs rochers aux palais des Eomains.
Avec ses monuments et sa magnificence,
Eome entière sortit de cet abîme immense.
Depuis, loin des regards et du fer des tyrans,
L'Église encor naissante y cacha ses enfants,
Jusqu'au jour où, du sein de cette nuit profonde.
Triomphante, elle vint donner des lois au monde,
Et marqua de sa croix les drapeaux des Césars.
Jaloux de tout connaître, un jeune amant des arts
L'amour de ses parents, l'espoir de la peinture,
Brûlait de visiter cette demeure obscure.
De notre antique foi vénérable berceau.
Vn fil dans une main, et dans l'autre un flambeau.
Il entre; il se confie à ces voûtes nombreuses
Qui croisent en tous sens leurs routes ténébreuses.
Il aime à voir ce lieu, sa triste majesté,
Ce palais de la nuit, cette sombre cité.
Ces temples où le christ vit ses premiers fidèles,
Et de ces grands tombeaux les ombres éternelles.
Dans un coin écarté se présente un réduit.
Mystérieux asile où l'espoir le conduit.
Il voit des vases saints et des urnes pieuses,
tableaux parfaits, cette figure est un bel ornement; mais lorsqu'on n'en
use que pour arromlir une période, ou amener une rime, ce moyen ra-
mollit le style et trahit son rhéteur.
ï) Cette aventure, décrite par Delille, dans son poème de l'Imagination,
est arrivée à M. Robert, jeune peintre, alors pensionnaire de l'Académie
de France, à Rome.