Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
251.
avec une ampleur et une maenificence inouïes, firent d'un article de journal
un événement public, ajouta à l'enthousiasme; l'auteur en racontant
son propre cœur, racontait en même temps son siècle. En 1809, il
donna les Martyrs. Cet ouvrage est la mise en œuvre des théories litté-
raires développées dans le Génie du Christianisme. Avant d'écrire les Mar-
tyrs, Chateaubriand avait voulu visiter lui-même les lieux qu'il devait
.peindre; il avait vu la Grèce, la Palestine, et jeté sur le papier les sou-
venirs de son voyage, qu'il publia, en 1811, sous le titre d'Itinéraire, de
Paris a Jérusalem, A son retour, l'Espagne et son Alhambra l) lui
avaient fourni le plus parfait peut-être de ses ouvrages, le charmant récit
intitulé: le Dernier des Abencerrayes 2). te sentiment, l'imagination et
la vanité furent toujours les seuls guides de Chateaubriand. Après 1830,
il se retira tout ù fait de la politique, et ne s'occupa plus qu'à rédiger ses
Mémoires d'outre-tombe, ouvrage qui est loin d'avoir répondu à l'attente
impatiente du public.
Chateaubriand mourut à Paris au mois de juillet 1848; sa dépouille
mortelle repose dans une île, près de St. Malo, où l'orgueil de ce grand
écrivain lui avait fait élever, de son vivant, un tombeau superbe. On ne
saurait cependaut contester les grands mérites de Chateaubriand; nul poète
ancien ni moderne ne le surpasse dans les descriptions ; celle de la Chute
du Niagara suffirait pour le prouver. Il y réunit deux qualités précieuses
et ordinairement séparées, Texactilude la plus fidèle et l'imagination la plus
brillaDte. On peut reprocher à sa langue de viser trop à l'effet, et de
rechercher les succès de détail. Chateaubriand manque quelquefois de goût,
de sobriété dans ses images; ou trouve dans presque tous ses ouvrages des
associations bizarres d'idées et de mots ampoulés, des images inexactes et
disgracieuses, le fréquent usage du pluriel, et souvent une recherche de
fausse simplicité.
Jeune Fille et jeune Fleur.
Élégie.
Il descend ce cercueil; et les roses sans taches
Qu'un père y déposa, tribut de sa douleur,
Terre, tu les portas; et maintenant tu caches
Jeune fille et jeune fleur.
Palais célèbre de Grenade, résidence des rois maures, dont les ruines
attestent encore l'ancienne magnificence.
Pron. bin, nom d'une tribu maure de l'Espagne.