Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
10
Chaque lapin tombe à son tour.
Nul ne fut épargné, ni les fils, ni la mère.
Notre jeune imprudent se repentit trop tard
De sa funeste étourderïe;
El quand il reconnut le perfide renard;
„A tous les miens," dit-il, „j'ai donc coûté la vie!
„Cruel! que vous avions-nous fait?
„Vous êtes un méchant." — „Et vous, un indiscret"
I) Tartufe parlerait-il autrement que le fin renard qui, sous le voile
hideux de l'hypocrisie, d'animal carnassier se fait passer à la fois pour
animal herbivore et frugivore? A l'entendre, il vit très-sobrement: «Avec
quelque herbe sèche ou deux fruits d'un noyer, il a de quoi se ras-
sasier;" n'est-ce pas là le comble de la fausseté, de l'astuce et de la
fourberie? Et lorsqu'il ajoute à cette apparence de sobriété: Je trouve
toujours assez bonne la mince part de bien que Nature me donner n'est-on
pas en droit d'admirer une résignation entière à la volonté d'un Être-Su-
prême? Ne s'imagiue-t-on pas entendre le langage d'un bon apôtre dont
l'esprit séducteur affecte des principes austères, et qui, à tout prendre,
n'est qu'un faux dévot? Ne semble-t-il pas que le pertide animal, alléché
par l'espoir des quatorze lapereaux, oublie inopinément son rôle odieux,
pour reprendre le naturel de ses habitudes cruelles et sanguinaires? A
l'idée d'une si belle proie, il ne saurait plus se contraindre; la nature re-
prend ses droits, et le ravisseur, ne pouvant contenir sa joie, la soif du
sang fait qu'il s'écrie: »Quatorzel dites-vous..."
Les dangers de la séduction, l'inexpérience du jeune lapin, le besoin de
causer, sou innocence et sa candeur, les conséquences de ses paroles in-
disîf^ètes et imprudentes, sa confiance aveugle, tout, en un mot, nous
prouve ce qu'il en coûte de parler beaucoup et sans réflexion. C'est là un
défaut contre lequel on ne saurait trop se mettre en garde.