Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
229.
De ses ressentiments étouffer le murmure,
Et servir son pays, sans retour, sans espoir,
C'est l'effort des grands cœurs, et j'en fais mon devoir.
Laissons frémir l'envie, et soyons magnanimes;
Le chemin de la gloire est traversé d'abîmes,
Mais le terme est si beau! mais le prix est si doux!
A ce prix immortel si nous aspirons tous,
Celle qui le dispense aux combats nous appelle:
C'est la postérité; nous travaillons pour elle.
Est-ce vivre, en effet, que vivre enseveli,
Et passer, en mourant, du repos dans l'oubli?
Non, l'homme utile au monde est seul digne d'envie.
Et la seule vertu donne un prix à la vie.
Contemplez l'avenir; voyez vos noms fameux
Portés par la mémoire à vos derniers neveux.
Regardez ce sénat là seront vos images;
Les peuples à genoux leur rendront des hommages;
Dans ces marbres sacrés ils vous contempleront,
Et liront leur devoir empreint sur votre front.
„Les voilà," diront-ils, „ces citoyens célèbres,
„Qui de la servitude ont chassé les ténèbres,
„Et fait sur leur pays resplendir la clarté
„Des beaux jours de la gloire et de la liberté!"
O doux pressentiments! ô généreuses flammes!
Ne les sentez-vous pas pénétrer dans vos âmes,
Citoyens? et quel sang est d'un assez grand prix,
Pour acheter l'honneur de sauver leur pays?
Notice 2).
jeax-françois-casimir delavigne 3) naquit au Havre, cu avril 1793,
et mourut à Paris, en 1843. Les premières années de notre poète se pas-
1) Peut-être aurait-il mieux valu dire: Voyez ce panthéon, etc.
2) Voir notre brochure intitulée: Éloge de Casimir Delavigne, publiée à
Utrecht, chez Kemink et fils, 1843.
3) Ne pas confondre ce nom avec celui de Germain Delavigne, frère du
poète, qui s'est fait une réputation comme vaudevilliste.