Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
228.
Notice.
jean-pkançois marmontel, auteur dramatique, secrétaire perpétuel de
l'Académie française et historiographe de France, était né à Bort, petite
ville du Limousin, le 11 juillet 1723. Il fit ses études chez les jésuites,
dans la petite ville de Mavenat à dix lieues de Clermont, et vint à Paris,
après s'être voué au commerce, âgé de 2'! aus. Le jeune abbé débuta par
des tragédies, et se vit encouragé par Voltaire qui l'honora de sa protection.
Il écrivit ensuite pour le théâtre lyrique, composa des contes moraux (qui
tous ne méritent pas ce titre), donna de bonnes traductions, entre autres
de Lucain, qu*il estimait bien au-dessus de Virgile, et publia ^ti éléments
de littérature. L'encyclopédie lui est redevable de plusieurs excellents arti-
cles; son roman philosophique de Bélisaire, qui se compose d'entretiens
entre le vieillard aveugle (suivant la fable) et l'empereur Justinien, n'est
pas dépourvu d'esprit, de bon sens, de raison J). La vie domestique de
Marmontel offre d'autres motifs de l'estimer. Il vit avec un vif chagrin
les malheurs de sa patrie, et n'échappa que d'une manière surprenante à
la fureur révolutionnaire. Après s'être retiré avec sa famille dans le paisible
village d'Abloville, près de Gaillon en Normandie, il y mourut en 1799, dans
la 76® année de son âge, regretté des siens et de ses nombreux amis.
Servir sa Patrie ^ même ingrate.
(Aristomene acte 1®*).
Quel pays ou quel peuple eût-on jamais servi,
Si Ton se fût lassé de se voir poursuivi?
Quelque ennemi peut-être en secret me traverse;
Eh bien, c'est une épreuve où la vertu s'exerce.
Braver pour son pays l'infortune ou la mort,
D'un bon républicain c'est le vulgaire effort;
Mais en butte à l'envie, à la haine, à l'injure,
î) La simple allégation d'un passage, que nous rappelons, donnera une
idée de cette œuvre. Bélisaire demande à son jardinier: »Pourquoi les
mauvaises herbes croissent-elles en si grande quantité et sans peine, tandis
que les plantes en général exigent tant de soins?" — »C'est," répond sen-
sément ce dernier: »qu'il faut envisager la terre comme une marâtre,
qui a plus soin de ses propres enfants que de ceux qu'on lui jionne."
2) Général des Messéniens, vers C8i avant J.-C. î il engagea ses conci-
toyens à prendre les armes contre Sparte.