Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
219.
offerts à lui pendant le sommeil; il ne saurait lui dissimuler qu'ils ont
porté le trouble et le désespoir dans son âme.
Observation.
peosper-jolyotdecrébillon ( 16741—1762), poète tragique,est l'auteur
du fragment que nous allons citer. La plus célèbre de tontes ses tragé-
dies est Rhadamiste, époux de Zénobie et vainqueur du roi d'Arménie,
Mithridate, son beau-père. Le style, souvent dur et incorrect de Crébil-
Ion, choqua Boileau à son lit de mort. Néanmoins, Louis XV reconnut
son mérite et lui fit ériger dans l'église de St. Gervais, un monument qui
n'a été terminé que dans les premières années de ce siècle. Après cela
que l'on juge.
Songe de Thyeste.
(Fragment d'Atrée),
Sauvez-moi, par pitié, de ces bords dangereux;
Du soleil à regret j'y revois la lumière;
Malgré moi le sommeil y ferme ma paupière.
De mes énnuis secrets rien n'arrête le cours :
Tout à de tristes nuits joint de plus tristes jours.
Une voix, dont en vain je cherche à me défendre.
Jusqu'au fond de mon cœur semble se faire entendre;
J'en suis épouvanté. Les songes de la nuit
Ne se dissipent point par le jour qui les suit:
Malgré ma fermeté, d'infortunés présages
Asservissent mon âme à ces vaines images.
Cette nuit même encor, j'ai senti dans mon cœur
Tout ce que peut un songe inspirer de terreur:
Près de ces noirs détours que la rive infernale
Forme à replis divers dans cette île fatale,
J'ai cru longtemps errer parmi des cris affreux
Que des mânes plaintifs poussaient jusques aux cieux.
Parmi ces tristes voix, sur ce rivage sombre,
J'ai cru d'^Erope i) en pleurs entendre gémir l'ombre;
1) Épouse de Thyeste.