Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
216.
La Grèce tout entière est soumise à vos lois,
Et des bords libyens j'ai chassé tous les rois.
La chute de Carthage avait ébranlé Rome:
J'ai réparé les maux qu'avait faits un grand homme
Jugurtha fut vaincu, Mithridate est soumis,
Ma fortune a plus fait qu'elle n'avait promis.
C'était trop peu pour moi des lauriers de la guerre,
Je voulais une gloire et plus rare et plus chère;
Rome, en proie aux fureurs des partis triomphants.
Et mourant sous les coups de ses propres enfants 2),
Invoquait à la fois mon bras et mon génie;
Je me fis dictateur: je sauvai la patrie!
A l'antique Sénat je rendis le pouvoir;
Le peuple mutiné rentra dans le devoir;
Jamais on ne me vit esclave du vulgaire,
Rechercher et trahir cet amour populaire
Où Marins voyait le but de ses travaux.
J'ai peu flatté ce peuple, et j'ai guéri ses maux;
Je m'armai contre lui de rigueurs légitimes:
Au salut de l'État j'immolai des victimes.
Qu'on nomme violence et même cruauté
Ce que j'ai fait pour Rome et pour la liberté;
Un reproche pareil ne saurait me confondre:
Du sang que j'ai versé je suis prêt à répondre.
Oui, de l'humanité si j'étouffai la voix.
Ce fut pour vous contraindre à fléchir sous les lois.
J'ignore quel surnom l'histoire me destine:
L'avenir jugera ce que Rome examine.
Du poids de ma grandeur plus accablé que vous,
Je viens briser le joug qui nous fatiguait tous.
J'ai vaincu, j'ai régné; maintenant je veux vivre!
Je rejette la coupe où le pouvoir s'enivre.
J'ai gouverné le monde à mes ordres soumis.
Et j'impose silence à tous mes ennemis;
1) Marins.
2) Par suite des dissensions civiles dans l'État, et des proscriptions.