Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
abîmé dans sa douleur. „Ciel!" s'écria-t-il, „je crois que c'est-là
Jeannot." A ce nom, le Marquis lève les yeux; la voiture
s'arrête: „C'est Jeannot lui-même! c'est Jeannot 1"
Jeannot reconnut Colin ; la honte et les pleurs couvrirent son
visage: „Tu m'as abandonné," dit Colin; „mais tu as beau être
un grand Monsieur, je t'aimerai toujours."
Jeannot, confus et attendri, lui raconta, en sanglotant, une
partie de son histoire. „Viens à l'hôtellerie où je loge, me
conter le reste," lui dit Colin; „embrasse ma petite femme, et
allons dîner ensemble."
Quand Colin fut instruit de tout: „Mon cher," dit-il à Jean-
not, „sois tranquille; je suis heureux, j'aiderai mon ami Jean-
not. Ne sois plus Marquis, toutes les grandeurs de ce monde
ne valent pas un bon ami."
Jeannot éperdu se sentait partagé entre la douleur et la joie,
la tendresse et la honte, et il se disait tout bas: „Tous mes
amis du bel air m'ont trahi, et Colin que j'ai méprisé vient
seul à mon secours."
Quelle instniction! La bonté d'âme de Colin développa, dans
le cœur de Jeannot, le germe d'un bon naturel que le monde
n'avait pas encore étouffé. Il sentit qu'il ne pouvait abandonner
son père et sa mère.
„Nous aurons soin de ta mère," dit Colin; „et, quant à
ton bonhomme de père, je me charge de le tirer de prison;"
ce qu'il fit en effet. Jeannot épousa une sœur de Colin, la-
quelle, étant de même humeur que le frère, le rendit très-
heureux; et Jeannot le père, et Jeannotte la mère, et Jeannot
le fils, virent que le bonheur n'est pas dans la vanité.
laurent-pierre de jussieu, né à LyoQ en 1792, neveu de Laurent de
Jussieu, le célèbre botaniste, s'est fait connaître par quelques ouvrages
d'éducation, dont le meilleur est sans contre-dit Simon de Nantua, qui
a eu plus de trente éditions et a été traduit en sept langues, ainsi qu'en
hollandais.
Comme essai poétique, M. de Jussieu a donné, en 1829, un joli re-
cueil de Fables et de contes en vers, auquel nous empruntons deux ou
trois pages, qui certes ne dépareront pas lifl^xcrcices.