Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
205.
Ont porté les esprits de tous nos conjurés?
Je n'ai point perdu temps, et voyant leur colère
Au point de ne rien craindre, en état de tout faire,
J'ajoute en peu de mots: „Toutes ces cruautés,
La perte de nos biens et de nos libertés,
Le ravage des champs, le pillage des villes.
Et les proscriptions, et les guerres civiles.
Sont les degrés sanglants dont Auguste a fait choix
Pour monter sur le trône, et nous donner des lois;
Mais nous pouvons changer un destin si funeste.
Puisque de trois tyrans'), c'est le seul qui nous reste.
Et que juste, une fois, il s'est privé d'appui
Perdant, pour régner seul, deux méchants comme lui.
Lui mort, nous n'avons point de vengeur, ni de maître
Avec la liberté Rome s'en va renaître,
Et nous mériterons le nom de vrais Romains
Si le joug qui l'accable est brisé par nos mains.
Prenons l'occasion tandis qu'elle est propice:
Demain au Capitole il fait un sacrifice,
Qu'il en soit la victime, et faisons en ces lieux
Justice à tout le monde à la face des dieux.
Là presque, pour sa suite, il n'a que notre troupe;
C'est de ma main qu'il prend, et l'encens et la coupe,
Et je veux pour signal, que cette même main
Lui donne au lieu d'encens d'un poignard 3) dans le sein.
Ainsi d'un coup mortel la victime frappée
Fera voir si je suis du sang du grand Pompée.
Faites voir après moi si vous vous souvenez
Des illustres aïeux de qui vous êtes nés."
A peine ai-je achevé, que chacun renouvelle
Par un noble serment le vœu d'être fidèle;
î) Octave {Auguste), Antoine et Lépide, triumvirat qui se partagea
toute l'autorité souveraine.
î) Cinna veut dire: »Mort, il est sans vengeur, et nous sommes sans
maître."
3) On prononce pô'-ni-ar.