Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
201.
épouse, et surtout au besoin de pardonner, veut encore tenter un dernier
effort auprès de ces chevaliers; il ordonne qu'on suspende le supplice; mais
trop tard, hélas! ses ordres sont exécutés; le connétable vient lui en ap-
porter Taffreuse certitude; et de cinquante-neuf que l'on brûla, il n'y en
eut aucun qui ne soutînt dans les flammes l'innocence de son ordre.
On les accuse de toutes sortes de crimes, de vices abomiuables; mais
on s'accorde à les regarder comme des victimes innocentes. 11 est dépourvu
de preuves que cet ordre de religieux guerriers se soit livré à l'intempé-
rance. — Remarquons à ce sujet <\xit. Boire cowmc mm ne saurait
être une ajiplication personnelle de blâme, faite à la sobriété de ces nobles
chevaliers. »Boire comme un temprier," est l'expressiou propre. Temprier
est un vieux mot qui se disait d'un verrier; et comme les gens qui travaillent
dans les usines sont exposés à l'ardeur d'un feu qui leur cause une grande
soif, il est plus rationnel de croire, pour la justification des Templiers,
que le dicton précité tire de là son origine. A l'appui de cette dernière
assertion, il suffirait de rappeler l'ancien adage: Homme de forge, homme
de gorge.
Mort des Templiers i).
Un immense bûcher, rlressé pour leurs supplice,
S'élève en échafaud, et chaque chevalier
Croit mériter Thonneur d'y monter le premier;
Mais le grand-maître arrive; il monte, il les devance;
Son front est rayonnant de gloire et d'espérance;
Il lève vers les cieux un regard assuré :
Il prie, et l'on croit voir un mortel inspiré.
D'une voix formidable aussitôt il s'écrie:
„Nul de nous n'a trahi son dieu ni sa patrie;
ïj La première maison que ces défenseurs des pèlerins de la Terre-Sainte
occupèrent, était située près du lieu où l'on voyait autrefois le temple de
Salomon, d'où leur vint le nom de Templiers. Clément V, qui tenait la
tiare du roi de France, prononça, eu 1307, Tabolition de l'ordre. Les
exploits et les services que ces chevaliers rendirent aux chrétiens d'Europe
et d'Asie, leur attirèrent des richesses immenses; mais ces richesses les
perdirent.
Leur destruction a fourni à baynouard (1761—1S36), poète dramati-
que, le sujet d'une belle pièce. Qui ne connaît tous les mérites de la Mort
des Templiers?