Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
181.
Et partout des plaideurs les escadrons épars,
Faire autour de Thémis flotter ses étendards.
Mais une église seule, à ses yeux immobile,
Garde, au sein du tumulte, une assiette tranquille.
Elle seule la brave; elle seule aux procès
De ses paisibles murs veut défendre l'accès.
La Discorde, à l'aspect d'un calme qui l'ofiFense,
Fait siffler ses serpents, s'excite à la vengeance:
Sa bouche se remplit d'un poison odieux,
Et de longs traits de feu lui sortent par les yeux.
Quoi! dit-elle d'un ton qui fit trembler les vitres,
J'aurai pu jusqu'ici brouiller tous les chapitres.
Diviser Cordeliers, Carmes et Célestins;
J'aurai fait soutenir un siège aux Augustins;
Et cette église seule, à mes ordres rebelle,
Nourrira dans son sein une paix éternelle!
Suis-je donc la Discorde? et parmi les mortels,
Qui voudra désormais encenser mes autels?
A ces mots, d'un bonnet couvrant sa tête énorme.
Elle prend d'un vieux chantre et la taille et la forme;
Elle peint de bourgeons son visage guerrier.
Et s'en va de ce pas trouver le trésorier.
Dans le réduit obscur d'une alcôve enfoncée.
S'élève un lit de plume à grands frais amassée :
Quatre rideaux pompeux, par un double contour.
En défendent l'entrée à la clarté du jour.
Là, parmi les douceurs d'un tranquille silence,
Kègne sur le duvet une heureuse indolence:
C'est là que le prélat, muni d'un déjeuner,
Dormant d'un léger somme, attendait le dîner ').
La jeunesse en sa fleur brille sur son visage:
Son menton sur son sein descend à double étage;
Et son corps, ramassé dans sa courte grosseur.
Fait gémir les coussins sous sa molle épaisseur.
La déesse en entrant, qui voit la nappe mise,
IJ A cette description de la mollesse, on reconnaît la main du maître.