Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
Qu'à faire éclater son amour,
Le marmot lui bat du tambour,
Traîne son chariot, fait danser sa poupée.
Quand il a bien joué, Colas dit : „C'est mon tour."
Mais Fanfan n'était plus son frère.
Fanfan le trouva téméraire,
Fanfan le repoussa d'un air fier et mutin.
Perrette alors prend Colas par la main:
„Viens, lui dit-elle avec tristesse;
Voilà Fanfan devenu grand seigneur;
Viens, mon fils, tu n'as plus son cœur:
L'amitié disparaît où l'égalité cesse."
marie-françois-arouet de voltaire, Tun (les quatre grands esprits
du "18® siècle, partagea cet honneur avec J.-J. Rousseau, Buffon et Mon-
tesquieu. Il naquit à Châtenay, près Paris, le 20 févr. 1694, et fut
élevé chez les jésuites au Collège de Louis-le-Grand. Son goût pour la
poésie se développa dès sa première jeunesse. Les œuvres et le style élé-
gant de Voltaire sont connus de tout le monde. A la comédie française,
dans une représentation d'Irène^ la dernière de ses pièces, on le couronna
de lauriers. Il ne jouit pas longtemps de cet excès de gloire: tourmenté
d'un mal chronique, il mourut le 30 mai 1778. L'assemblée constituante,
le 12 juillet 1791, fit transporter au Panthéon les restes mortels de cet
homme ce'lèbre. Ou lui doit le récit suivant, qui, vraisemblablement,
aura donné matière à la pièce du poète Aubertdont nous venons de parler.
Jeannot et Colin.
Plusieurs personnes dignes de foi ont vu Jeannoi et Colin à
l'école, dans la ville d'Issoire, en Auvergne. Jeannot était fils
d'un marchand très-renommé; Colin devait le jour à un bon
paysan des environs.
Jeannot et Colin étaient fort jolis pour des enfants nés sur
les montagnes de l'Auvergne, et ils avaient ensemble de petites
privautés, de petites familiarités dont on se ressouvient toujours
avec agrément, quand on se rencontre ensuite dans le monde.
1*