Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
17i
Et Terpandre^) apaisant la foule révoltée? *
Et le jeune David, par ses psaumes hébreux,
Calmant du vieux Saul les accès douloureux?
Et Timothée^), au sein de Babylone en cendre.
Disposant à son gré de l'âme d'Alexandre?
Ces poètes divins, maîtres des nations,
Savaient noter alors l'accent des passions.
L'âme était adoucie et l'oreille charmée,
Et même des tyrans 3) la rage désarmée;
Ce fut l'attrait des vers qui fit aimer les lois;
L'art de les déclamer fut le talent des rois:
Les dieux mêmes, les dieux, par la voix des oracles,
De cet art enchanteur consacraient les miracles.
Chez les fils de Cadmus, peuples ingénieux,
Que les sons de la lyre étaient harmonieux!
Que, dans ces beaux climats, l'exacte prosodie
Aux chansons des neuf sœurs prêtaient de mélodie!
Il est un art de lire, et de se pénétrer
Des transports qu'un auteur nous voulut inspirer;
D'entrer dans sa pensée, et, d'une voix facile.
D'assortir en tout temps son organe à son style.
D'atteindre son essor, d'éviter avec lui
Et la monotonie, et l'enflure, et l'ennui;
D'égayer à la fois, de la voix et du geste.
Ces mots, ces traits piquants d'un railleur vif et leete;
De donner leur couleur aux comiques tableaux
Qu'a tracés en riant la muse des Boileaux;
De prendre un ton plus doux, que la tendresse anime,
1) terpandre, poètc lyrique et musicien de Lesbos, vivait 675 ans av.
J.~C. On dit qu'il apaisa une sédition à Sparte par la mélodie et la
douceur de son chant. Il ajouta trois cordes à la lyre, qui avant lui
n'en avait que quatre.
2) timothée de Thèbes, qu'il ne faut pas confondre avec ses homonymes,
était un poète et un joueur de flûte célèbre sous Ale.\andre le Grand, au
4® siècle avant J.-C.
3) Le mot tyran signifie ici, usurpateur de la puissance souveraine.