Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
158.
Mon cher Antoine aura la bonté de son père.
Aussi je laimais trop; que dieu m'en punit bien!.,."
— „Va, va, console-toi, ma chère;
Sèche tes pleurs, et ne crains rien :
Il est là-haut une justice
Aux bons parents toujours propice.
S'il doit être un méchant, les dieux nous Tôteront;
Non, jamais ils ne permettront....
Approche-toi, mon fils; viens, viens, que je t'embrasse,
Que je t'embrasse, hélas! pour la dernière fois.
Tu fais bien de pleurer; je pleure aussi, tu vois.
Mets ta main sur mon cœur; tiens, c'était là ta place;
Car je t'aimais, Antoine, et c'était mon bonheur.
Je ne t'aimerai plus... Oh! si fait; j'ai beau dire
Je t'aimerai toujours, ce sera ma douleur....
Ciel! j'aimerai donc un... j'ai peur de te maudire.
Il faut les ramasser les plumes de l'oiseau,
Et les pendre à ce soliveau:
Eamasse-les, ma femme.
Quand nous l'aimerons trop, nous les regarderons;
En les regardant nous dirons;
Il ne faut point aimer une aussi méchante âme...
Ce pauvre oiseau, mon fils (reste sur mes genoux),
Ce pauvre oiseau! crois-tu que la seule froidure
L'ait amené chez nous?
Non, c'est l'Auteur de la nature
Qui le mettait entre nos mains;
C'était nous ordonner de lui sauver la vie;
Il prend soin des oiseaux tout comme des humains.
Et vous l'avez plumé!,.. S'il me prenait envie
De vous envoyer nu passer la nuit au froid;
Vous m'en avez donné le droit;
Vous n'auriez point à vous en plaindre ;
Mais je serais méchant, je vous ressemblerais,
1) Dans'cette locution, qui est un gallicisme, il y a une ellipse: J'ai
beau est un abrégé de fai un beau sujet de.