Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
155.
L'Enfant bien corrigé.
Le pauvre Nicolas, tout courbé sous le poids
D'un énorme fagot, s'en revenait du bois
Un soir, beaucoup plus tard qu'il n'avait de coutume.
En marchant, il disait, d'un ton plein d'amertume:
„La bonne Marguerite est bien triste à présent;
Elle s'inquiète, elle pleure;
Chaque moment
Lui paraît long, long comme une heure.
Antoine est triste aussi, c'est un si bon enfant!
C'est tout le portrait de sa mère.
Si les dieux nous aidcïit, j'espère
Qu'il sera tendre et bienfaisant:
Cet espoir est bien doux! Mais voici que j'approche;
Ils seront consolés quand ils me reverront.
Comme ils seront joyeux, comme ils m'embrasseront!
S'ils me faisaient quelque reproche.
Je leur dirais pourquoi j'ai tardé si longtemps;
Au lieu de m'en vouloir, ils seront bien contents."
Tout en raisonnant de la sorte,
Nicolas arrive à sa porte;
Il entre: il voit sa femme assise auprès du lit.
Sur la traverse de sa chaise
Sa tête est renversée; elle pleure et gémit;
Son fils est à genoux; il tient, il presse, il baise.
Sa main qu'elle paraît vouloir lui retirer.
„Cessez, dit Nicolas, cessez de soupirer:
Me voilà bien portant---- Est-ce ainsi qu'on m'embrasse?
Vous ne me dites rien! Mon fils, tu ne viens pas
Te jeter dans mes bras?
Une caresse me délasse;
Tu le sais bien; viens donc! Ils veulent me punir....
Ne boudez plus; tenez, mettez-vous à ma place;
Voyez si je devais plus tôt m'en revenir :