Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
151.
sorti, comme pour savoir ce qu'est Tair, il faut en être privé
pendant un instant.
L'amour de la patrie est donc une sorte d'instinct bien-
veillant que nous inspira la nature, pour nous rendre chers les
lieux où doivent s'écouler nos jours. Mais c'est encore un
sentiment raisonné, qui élève et ennoblit l'homme, et que
la vertu la plus pure non-seulement permet, mais appelle.
Notre sort tient à celui de la patrie: notre bonheur, notre
aisance, notre paix, notre avenir sont les siens. Les troubles
ij qui l'agitent nous dévorent d'inquiétude; les malheurs publics
i j qui l'accablent, deviennent bientôt nos malheurs personnels. La
i ) honte qui peut rejaillir sur elle, nous flétrit dans notre propre
jj| conscience. On aime à pouvoir s'avouer tout entier; et qui ne
compte pas son pays pour une partie de lui-même? Qui peut
ï se croire honoré, quand la patrie est avilie? heureux, quand
elle est dans la détresse?
Le mot seul de patrie réveille un autre sentiment, qui rend
J plus impérieux et plus juste le devoir de Taimer et de lui faire
du bien. La patrie, c'est la possession des pères, c'est l'héri-
tage qu'ils doivent laisser à leurs enfants. C'est ce fonds com-
mun dans lequel ils doivent puiser ce qu'il y aura de plus réel,
de plus doux et de plus pur dans la vie. Avec la lumière du
ciel, avec l'air que l'on respire, avec l'eau que dieu donne à
tous; c'est ce que l'on possède sans le sentir, ce qui éclaire
tout, colore tout, vivifie tout, embellit tout. Laissez à vos
enfants la patrie grande, riche, éclairée, puissante, honorée;
qu'ils soient eux-mêmes au niveau de sa civilisation, et vous
aurez plus fait pour leur assurer une vie pleine, heureuse et
forte, que si vous leur aviez laissé de la fortune dans un pays
ingrat, ignorant et malheureux.
Et si, parfois, vous gémissez des limites étroites de votre
être; si vous êtes humilié de songer que vous n'êtes qu'un point
sur la terre, et que vos traces passagères seront dans peu d'in-
stants effacées pour toujours, attachez-vous à la patrie, et vous
agrandirez votre être. L'humanité vous écrase, et vous ne pouvez
1) Ennoblirt donner de la dignité; anoblir, faire noble.