Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
149.
Tu grandis sans plaisir, tu tombas sans murmure.
Eien d'humain ne battait sous ton épaisse armure
Sans haine et sans amour tu vivais pour penser.
Comme l'aigle régnant dans un ciel solitaire,
Tu n'avais qu'un regard pour mesurer la terre.
Et des serres pour l'embrasser!
On dit qiiiux derniers jours de sa longue agonie,
Devant l'éternité, seul avec son génie,
Son regard vers le ciel parut se soulever:
Le signe rédempteur toucha son front farouche. ..
Et même on entendit commencer sur sa bouche
Un nom... qu'il n'osait achever.
Achève!. . . c'est le dieu qui règne et qui couronne;
C'est le dieu qui punit! c'est le dieu qui pardonne!
Pour les héros et nous il a des poids divers.
Parle-Lui sans effroi: Lui seul peut te comprendre.
L'esclave et le tyran ont tous un compte à rendre.
L'un du sceptre, l'autre des fers
ALPU. DE LAMARTINE.
M. SAMUEL VINCENT, né à Nîmcs en 1787, était fils et petit-fils de
pasteurs du désert. Il avait puisé dans les traditions paternelles un pro-
fond attachement pour cette communion réformée, couverte du sang de
tant de martyrs, et qui s'est tenue debout à travers tant d'orages. Le
savant pasteur reproduisait fidèlement la physionomie, les tendances, le
caractère des protestants du Midi, qui ont montré tant de fidélité et
d'héroïsme dans les jours de la persécution, et qui se distinguaient déjà,
vers la fiu du seizième siècle, des protestants du Nord,
Dans cette strophe, comme dans quelques-unes des précédentes, le
poète emploie la prosopopée, figure de rhétorique qui consiste à introduire
dans le di^ours une personne absente ou morte, ou à s'adresser à elle.