Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
116.
de eîrcoustance. La révolution de juillet et la crisè commerciale qui la
suivit, en compromettant la position de son mari, détournèrent M®® TastuI
des travaux littéraires; elle les reprit en 1840, année où elle remporta
le prix à l'Académie française, pour son Éloge de M'« de Sévigné. Ellefc,
s'est principalement tournée depuis vers les livres d'éducation.
On a d'elle: la Liberté, ou le Serment des trois Suisses, inspiré du >
tableau de Steuben (1826); Éducation maternelle (1835), simples leçons
d'une mère à ses enfants; le Livre des enfants {1836—1846, 2 vol.),
contes choisis; Lectures pour les jeunes filles, ou Leçons et modèles de j
térature, en prose et en vers (1840—1841, 2 vol.); plusieurs traductions]
d'ouvrages anglais; des Voyages, Excursions, Contes moraux (1833—1849), !
et dans ces dernières années, des rééditions ou remauiemeuts de ses pre-j
miers ouvrages sous de nouveaux titres.
Le Serment des trois Suisses.
(Stances >).
Ils étaient là tous trois A travers les nuages,
La lune révélait sur leurs mâles visages
D'un héroïque espoir les présages vainqueurs:
Sous leurs habits grossiers battaient de nobles cœurs.
Un serment généreux sort de leurs bouches piu'ea.
Et l'écho menaçant, par l'écho répété,
Redit de monts en monts, avec de sourds murmures:
Liberté! liberté!
On l'entendra ce nom que la Suisse réclame,
Comme un céleste accord retentir d'âme en âme;
Et déjà, descendu de ces sommets déserts.
Puissant, mystérieux, il plane dans les airs:
») On donne le nom de stance, en poésie, à un certain nombre de ver
formant un sens complet et arrangés symétriquement. Les couplets de
chansons, les strophes lyriques ne sont autre chose que des stances. -
Jean de Lingendes, poète du XVI® siècle, paraît être le premier qui ai
introduit les stances dans la poésie française: on a de lui un recueil d
Stances.
Dans la plaine du Grûtli ou R'ùtli (1307).