Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
111.
de nos mœurs; il aime et il hait; il a des attachements, des
jalousies, des préférences, des caprices; il s'admire, il s'ap-
plaudit, s'encourage; il se réjouit et s'attriste; il semble s'émou-
voir et s'attendrir aux caresses; il donne des baisers affectueux;
dans une maison de deuil, il apprend à gémir, et, souvent
accoutumé à répéter le nom chéri d'une personne regrettée, il
rappelle à des cœurs sensibles et leurs plaisirs et leurs chagrins."

JEAN LA FONTAINE, né à Château-Thicrry, petite ville de France dans
le département de TAisne i), le 8 juillet 1621, était issu d'une famille
bourgeoise. Sou éducation fut confiée à des instituteurs de campagne qui
lui apprirent, tant bien que mal, un peu de latin. Il rencontra plus tard
une véritable providence dans madame de La Sablière. Dégagé de tout
embarras, de tout soiu domestique, par cette excellente femme, il passa
vingt ans chez elle, dans le doux commerce des Muses qui, durant cette
époque tranquille et fortunée lui inspirèrent ses plus beaux ouvrages.
Après la mort de madame de La Sablière, La Fontaine trouva dans
M® d'Hervail un doux support aux infirmités de sa vieillesse. Jl mourut
le 15 mars 1695, dans de grands sentiments de dévotion.
La Fontaine a élevé Tapologue à un rang dont on n'avait pas soupçonné
la hauteur: au mérite de plaire il joignit essentiellement, d'après sa propre
expression, celui de paraître n*y penser pas. De là l'originalité et le charme
de cet auteur iniinitahle 3): ce qui complète l'un et l'autre, c'est que sous
l'inspiration vraie qui le dirige, on aperçoit toujours le cœur de l'homme.
Sa vive sympathie anime l'univers à nos yeux, et ses Fables sont
comme une vaste scène où il se montre souvent le rival de Molière, le
seul des écrivains français qui le surpasse en originalité. Non moins que
Molière, il nous avertit et nous corrige en nous amusant. Chez lui, que
de règles de conduite et de préceptes de morale renfermés dans des vers
>) On ne pron. pas le s.
2) Fortuné est synonyme d'Aeureux; c'est abusivement qu'on prend quel-
quefois ce mot dans l'acception de riche.
3) Son génie, dit le biographe Walckenaer (1771—1825), lui avait fait
donner de son vivant le surnom d'inimitabley et son caractère, celui de
bonhomme. Cette bonhomie n'exclut cependant ni la finesse réfléchie ni la
malice instinctive, qui firent de La Fontaine un satirique sans lui enlever
la bonté, ni cette puissance de méditation solitaire qui élève cet homme
simple et naïf au rang des philosophes.
Tout Cuniversy est un pléonasme admis par nos meilleurs écrivains.