Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
89
une terrible loi, de je ne sais plus quel jour de floréal qui
exilait les nobles des villes de guerre, et le plus sage des sages
avait le tort irréparable d'être noble. Depuis que cette funeste
nouvelle s'était répandue, je ne vivais plus; je n'embrassais
plus mon pauvre père sans le noyer de mes larmes, parce
que mon ami s'en allait. „Console-toi, me dit-il un jour; il
ne va pas loin. J'ai obtenu qu'il ne se retirât qu'à trois lieues,
îj j'ai consenti à te laisser partir avec lui, et avec tes jambes de
cerf, tu pourras venir m'embrasser sans pleurer, une ou deux
fois la semaine," Je crus que je mourrais de joie, car il me
semblait comme cela ne les quitter ni l'un ni l'autre. Nous
partîmes donc; le peuple murmurait sur notre passage: „Voilà
encore des nobles qui s'en vont"! — Et c'est l'unique fois de
ma vie que j'ai pris plaisir à entendre dire que j'étais noble.
Nous allâmes habiter un joli village éparpillé sur les deux bords
d'une petite rivière qu'on appelait le Biez, suivant l'usage du
pays, et qui était garnie de côté et d'autre d'un rang pressé
de jeunes peupliers. Ils doivent avoir bien grandi! Notre maison
était, dans sa simplicité, la plus magnifique de la commune,
et l'appartement que nous occupions au premier et dernier étage
aurait fait envie à dix rois que j'ai rencontrés depuis dans les
plus méchantes auberges de l'Europe. Il se composait de deux
chambres enduites d'un plâtre blanc et poli, dont la propreté
charmait la vue. Celle du citoyen Justin, qui était la plus
grande, comme de raison, ne manquait pas d'un certain luxe
d'ameublement, quoique le principal s'y réduisît à une couchette
de paille (il n'avait jamais d'autre lit, et je me suis fort bien
trouvé dès lors d'avoir contracté près de lui cette habitude), à
deux fortes chaises de bois de noyer, et à deux grandes tables
de la même matière et du même travail, cirées comme des par-
quets et luisantes comme des miroirs. La première, qui avait
au moins cinq pieds de diamètre, occupait de sa vaste circon-
férence le milieu du superbe salon dont je commence la des-
1) On appelait ainsi le huitième mois du calendrier républicain,
^commençait le 20 avril, et finissait le 19 mai.
ï) Hyperbole,
i
i