Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
55
sant à son valet de chambre : »Vous avez tort," lui dit-il, »Gléri,
de vous affliger autant; les gens qui veulent bien encore m'aimer,
devraient, au contraire, se réjouir de voir arriver le terme de
mes maux."
C'est avec cette douce confiance, c'est avec ce calme inaltérable,
qu'il alla à la mort, fermant les yeux à tout ce qui aurait pu
distraire sa piété, jusqu'au moment où il fut arrivé au pied de
réchafaud. L'aspect des liens infâmes dont on voulait charger ses
mains, parut altérer un moment la paix de son âme; mais à
peine a-t-il entendu la voix de son confesseur qui lui dit: »Encore
cette conformité de souffrances avec celles de jesus-christ," que,
surmontant sa répugnance, il répond: »Oui, mon dieu! encore
cet outrage... vous l'avez voulu!" Et il tend les mains avec
docililé aux exécuteurs. Là, son confesseur lui fait un dernier
adieu, en lui adressant ces paroles sublimes et consolantes : » Allez,
fils de Saint-Louis , montes au Ciel." La terre, en effet, la terre,
inondée de tant de crimes, n'était pas digne d'une âme pure et
céleste comme la sienne; elle n'était faite que pour le Ciel.
POMPEI ET HERCULANUM.
Herculanum et Pompéi sont des objets si importants pour l'his-
toire de l'antiquité, que pour bien les étudier il faut y vivre, y
demeurer.
Pour suivre une fouille très-curieuse, je me suis établi dans la
maison de Diomède; elle est à la porte de la ville près de la voie
des Tombeaux, et si commode que je l'ai préférée aux palais qui
sont près du Forum. Je demeure k côté de la maison de Salluste.
Les fouilles se continuent avec persévérance et avec beaucoup
d'ordre et de soin. On vient de découvrir un nouveau quartier
et des thermes superbes. Dans une des salles, j'ai particulièrement
remarqué trois sièges en bronze, d'une forme tout à fait inconnue
et de la plus belle conservation; sur l'un des deux était placé ïe
squelette d'une femme dont les bras et le cou étaient couverts de
bijoux; en outre, des bracelets d'or dont la forme est déjà connue.
J'ai détaché un collier, qui est vraiment d'un travail miraculeux;
je vous assure que nos bijoutiers les plus experts ne pourraient
rien faire de plus précieux ni de meilleur goût. On y trouve
l'industrie des bijoux mauresques que j'avais examinés à Grenade,