Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
310
Et la perle habitait son palais de cristal.
Chaque trésor restait dans Télément natal,
Sans enfreindre jamais la céleste défense,
Et la beauté du monde attestait son enfance;
Tout suivait sa loi douce et son premier penchant,
Tout était pur encor. Mais t'homme était méchant.
Victor Hu^o, né en 1802.
Salué par Chateaubriand du nom n d'enfant sublime" à sa précoce-
apparition dans le monde littéraire, il devit bientôt le chef de
l'école romantique 1), qui fit tant de bruit sous la Restauration par
ses luttes contre l'école classique. Son premier recueil lyrique,
Odes et Balades, sans rompre tout à fait avec la tradition , révélait
dans la forme une manière neuve et hardie et une imagination d'une
merveilleuse richesse. Mais on y trouve déjà le goût de l'antithèse
dont il abusa si fort dans la suite. Sa poésie est une palette chargée
des plus brillantes couleurs, dont il éblouit plutôt qu'il ne charme
les yeux du lecteur. On ne peut lui refuser un talent prodigieux;
Göthe lui-même le reconnaît, mais on est forcé de convenir qu'il
vise à l'effet avec trop d'effort. Il est l'auteur d'un grand nombre
de recueils lyriques : Orientales, Chants du Crépuscule, Feuilles
^automne etc., de quelques romans, parmi lesquels on distingue sur-
tout Notre-Dame de Paris, et de plusieurs drames, Hernani ou
Vhonneur castillan, Ruy-Blas, Marion de Lor me tic., dont la
représentation souleva autant d'énthousiasme que de blâme. Comme
tous ses autres ouvrages, ils offrent un mélange d'inspirations orgina-
les, de grandes beautés de détail et défauts bizarres.
 L'ÂDTEUR DES MEDITATIONS.
Plus tôt que je n'ai dû, je reviens dans la lice;
Mais tu le veux, ami! ta muse est ma complice:
Ton bras m'a réveillé; c'est loi qui m'as dit: »Va!
Dans la mêlée encor jetons ensemble un gage;
1) L'école romantique se rattache à la littérature de l'Angleterre et
de l'Allemagne, l'école classique à celle des anciens et des écrivains
français du siècle de Louis XIV.