Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
271
pant les indigènes d'un tel effroi, que le roi des Angles reçut d'eux
le surnom de Vhomme de feu. Malgré sa férocité et sa bravoure, Ida
ïenconlra, au pied des montagnes, d'où descend la Clyde, une popu-
lation qui lui résista. tV homme de feu est venu contre nous," dit
un poète breton contemporain; »il nous a demandé d'une voix forte:
Voulez-vous me livrer des otages, êtes-vous prêts? Owen lui a
répondu en agitant sa lance: Non, nous ne te livrerons point d'ota-
ges; non, nous ne sommes pas prêts. Urien, le chef du pays, s'est
alors écrié: Enfants d'une même race, unis pour la même cause,
levons notre étendard sur les montagnes et précipitons-nous dans lai
plaine; précipitons-nous sur l'homme de feu, et unissons dans le même
carnage lui, son armée et ses auxiliaires."
Ce même Urien, à la tête des Bretons du nord, lils des anciens
émigrés de la Gaule armoricaine, remporta plusieurs victoires sur les
envahisseurs confédérés. Le chef des Garmains périt sur les bords
de la Clyde; mais, dans une bataille décisive, où figurèrent d'un
côté les Pietés el les Angles; de l'autre les hommes des bords du
Forth et ceux de Deïfr et de Brynich, c'est-à-dire du pays montueux
situé au nord de l'Humber, la cause bretonne fut vaincue. Il y
périt un grand nombre de chefs portant le collier d'or, marque du
haut commandement chez les Bretons. Peu d'entre les hommes qui
avaient assisté à ce combat revinrent dans leurs foyers: »A leur
retour," dit un vieux poète, »ils contèrent à leurs femmes uu réçit
de paix; mais les femmes sentirent sur leurs habits l'odeur du sang.
LE DEVOUEMENT A LA SCIENCE,
Comme je ne pouvais avoir à ma disposition qu'un très-petit nombre
de livres; il me fallait aller chercher le leste dans les bibliothèques
publiques. Au plus fort de l'hiver, je faisais de longues séances dans les
galeries glaciales de la rue de Richelieu, el plus lard, sous le soleil
d'été, je courais, dans un même jour, de Sainte-Geneviève à l'Ar-
senal, et de l'Arsenal à l'Instilut, dont la bibliothèque, par une
faveur exceptionnelle, restait ouverte jusqu'à près de cinq heures.
Les semaines et les mois s'écoulaient rapidement pour moi, au
milieu de ces recherches préparatoires, où ne se rencontrent ni les
épines ni les découragements de la rédaction; où l'esprit, planant
en liberté au-dessus des matériaux qu'il rassemble, compose et
i'ecompose à sa guise, et construit d'un souffle le modèle idéal de