Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
26:3
gnard à la main , cherchent encore dans les haillons d'un peuple mourant
de faim, quelque pièce échappée à tant d'extorsions et de rapines.
Les détails ne finiraient pas, et d'ailleurs, dans plus d'un sens, il
ne faudrait pas tout vous dire. Mais par le coin du tableau, dont
je vous crayonne un trait, vous jugerez aisément du reste.
— //Les monuments de Rome ne sont guère mieux traités que
le peuple; la colonne Trajane est cependant à peu près telle que
vous l'avez vue, et nos curieux, qui n'estiment que ce qu'on peut
emporter et vendre n'y font heureusement aucune attention. D'ail-
leurs, les bas-reliefs dont elle est ornée, sont hors de la portée du
sabre; ils pourront par conséquent être conservés. Il n'en est pas
de même des sculptures de la villa Borghèse et de la villa Pam-
phili. Je pleure encore une jolie figure d'enfant, que j'avais vue
dans son entier, vêtue et encapuchonnée d'une peau de lion, et por-
tant sur son épaule une petite massue. C'était, comme vous voyez,
un Cupidon dérobant les armes d'Hercule, morceau d'un travail
exquis, et grec, si je ne me trompe. Il n'en reste que la base,
sur laquelle j'ai écrit avec un crayon :
//Pleurez, Grâces, pleurez,"
et les morceaux dispersés qui feraient mourir de douleur Mengs et
Winkelman 1), s'ils avaient eu le malheur de vivre assez longtemps
pour voir ce spectacle.
Tout ce qui était aux Chartreux, à la villa Albani, chez les
Farnèse, les Oneste, au museum Clémentin, auCapitole, est em-
porté, pillé ou vendu. Les Anglais en ont eu leur part, et des
commissaires français, soupçonnés de ce commerce, sont arrêtés ici.
Mais cette aiïaire n'aura pas de suite. Des soldats, qui sont entrés
dans la bibliothèque du Vatican, ont détruit, entre autres raretés,
le fameux Térence de Bembo, manuscrit des plus estimés, pour
avoir quelques dorures dont il était orné. La Vénus de la villa
Borghèse est blessée à la main par quelque descendant de Diomède."
A MADAME PI6ALLE A LILLE.
Mileto, le 25 novembre 1806.
— //Mais savez-vous ce qui m'arrive de ne plus rire? Je deviens
méchant. Imaginez-vous un peu à quoi je passe mon temps. Je
1) Mengs, Raphaël de VAlfemagnei "Winkelmann, célèbre antiquaire
allemand.