Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
16
LE MISSIONNAIRE.
Le Chélicn vertueux et de bonne foi est
certainement uu homme heureux, boisïe.
On sait qin; des hommes, aussi dévoués que zélés, vont en
mission dans les pays étrangers pour y répandre le Chruimnisme^
el se livrer à l'édncalion Oes jennes adeptes. Rien que souvent
leur zèle leur ail coûté la vie, les immenses travaux qui ont
été accomplis djins le dernier siècle, et de nos jours surtout,
nous prouvent que leurs edorls fiiient plus d'une fois courontiés
de succès dans les Indes orientales, la Chine, le Japon, les îles
de rOcéanie et le Nouveau-Monde.
Il y avait à Port-Louis, chef-lien de Tile de France !), un
Missionaire qui, loin d(; f:nn> de la parole de dieu une p:irole
vainc el remplie d'ornemerHs nHeclés, puisait sans fasle dans la
Bible, la conviction réelle des vérités de la religion. Cet homme
de bien, pénelré de sa mission tout évnngélique, prêchait la foi
avec douceur. On eût dit que l'onction coulait de ses lèvres dans
les cœurs, comnie la rof^ce sur Therbe naissante. Voici le frag-
ment d'un discours chrélien que nous tenons d'une main amie;
on ju^TPra si cette instruction devait toucher Tàme et porter la
piété dans des cœurs innocenls.
//Vous avez, mes jeunes amis," disait le Missionnaire, //en-
core un Pere au-dessus de c^lui à qui vous donnez ce nom; ce
Père-là vous comble d(? liienf;iils; c'est à Lui que vous devez la
nourriture que vous prein-z tons les jours. Si vous êtes lions,
il vous bénira; si vous êtes méchants, et que vous désobéissiez
à vos parents et à vos nniîtres, que vous réécoutiez point leurs
reinontrances, que vous osiez mentir, vous monlr(!r obstinés d;ms
vos défjiuts, alors ce diku, qui est votre premier Pere, ne vous
regardera plus comme ses enHints; vous n'en recevrez plus aucune
marque de bonté. 11 vous punira. Si cependant vous lémoiiinez
avec humilité un regret bien sincère de l'avoir olïensé, d'avoir
1) Aujourd'hui île Maurice, nommée Mauritius par van Neck,
en l'honneur du prince d'Orange 159S—1712. Celte île d'Afri-
que, au S.—K. de Madagascar, dans la mer di» Indre, »pparlicnt
aux Anglais.