Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
Il
(On entend du dehors les cris: Monsieur Michel! monsieur Mi-
clien ! .
Michel, effrayé. Qu'est-ce que c'est que ça?, . Eh !. . quV'sl-ii
arrivé! . . (H court vers le fond}.
Scène IX.
Michel, Madame Petit,
Madame iV^zï, accourant, avec un bougeoir allumé. Monsfeur
Michel, je le liens!., je (i^'ns mon voleur! — Ah! mon cher
monsieur Michel!.. jVn suis tonte tremblante! Elle fait son ré-
cit très-vite). — Imaginez-vous que je rentrais, et qii'cn passant
en bas par le pelit corridor, voilà qua travers le carreau de la
fenêti-e grillée de mon office, j'aperçois delà lumière; je m'avan-
ce .. . j'entends du bruit en dedans, et je vois une clef sur là
porte. — C'est sûr, que je dis, il y a quelqu'un !. i — lA-
dessus je ferme vite à double tour... je cric à la portière d'aller
chercher du monde au poste qui esl ici à côlé; la garde arrive,
et... (Bruit en dehors). Tenez, letiez, c'est sans doutfl lui qu'on
amène... — Ah!., nous allons enfin le connaître, ce gueux!..
Scène X.
Michel, Madame Petit, un Caporal, précédant un Fudker qui tî«nt
François par le collet.
(François porte une bouteille de vin de chaque main).
Le Caporal, en entrant. En voilà un!"
Madame Petit. Comment?. . — un!.. — Combien sont-ils<lonc^
Michel, reconnaissant François. 0 cicl ! est-il possible . e-'est
vous, François . .. vous! . . à qui j'aurais ct)Tifié ma bourseî..
Un deuxième Fusilier amène, en le tenant aussi par le collet,
M. Robert encore nanti de la poularde qu'il vient de prendre dan;^
l'office.
Le Caporal. Et voici l'aulre!
Micbtl, tombant de son haut. vois-je . . . i»on matine!..
(Il se précipite à ses genoux). Mon cher maître! . .
Miidiune Pitit ^ qui a pensé tomb'èr à la renverse de surprise.
Monsieur, Ah !.. . (EUe se jette à ses pieds.) Pardon î . . pardon!..-
(Chacun des fusilieré à ces mots lâche son prisonnier).