Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
310
tendre, et vous Téloignez même rudement, et achevez de lui serrer
le cœur de tristesse! Ame inhumaine! avez-vous donc laissé toute
votre sensibilité sur un théâtre? Le spectacle d'un homme souffrant
n'offre-t-il rien qui soit digne de votre pitié?
SUR LE PETIT NOMBRE DES ELUS-
Lorsque Massillon, depuis évêque de Clermont, prêcha son fameux
sermon sur le petit nombre des élus, il y eut un endroit où un
transport de saisissement s'empara de tout l'auditoire ; presque tout
le monde se leva à moitié par un mouvement involontaire, le
murmure d'acclamation et de surprise fut si fort qu'il troubla
l'orateur, et ce trouble ne servit qua augmenter le pathétique du
morceau que voici:
*Je suppose que ce soit ici notre dernière heure à tous; que
les cieux vont s'ouvrir sur nos têtes, que le temps est passé, et
que l'éternité commence; que jésds-curi8T va paraître pour nous
juger selon nos œuvres, et que nous sommes tous ici pour attendre
de lui l'arrêt de la vie ou de la mort éternelle; je vous le demande,
frappé de terreur comme vous, ne séparant pas mon sort du vôtre ,
et me mettant dans la même situation où nous devons tous pa-
raître un jour devant dieu notre juge, si jésus-chbist , dis*je,
paraissait dès à présent pour faire la terrible séparation des justes
et des pécheurs, croyez-vous que le plus grand nombre fût sauvé ?
croyez-vous que le nombre des justes fût au moins égal à celui
des pécheurs? croyez-vous que s'il faisait maintenant la discussion
des œuvres du grand nombre qui est dans cette église, il trouvât
seulement dix justes parmi nous? en trouverait-il un seul?"
Cette figure, la plus hardie qu'on ait jamais employée, et en
même temps le plus à sa place, est un des plus beaux traits
d'éloquence qu'on puisse lire chez les nations anciennes et chez les
modernes. ... De pareils chefs-d'œuvre sont très-rares. Voltaire.
Saint-Simon, né en 1675, mort en 1755.
On doit à sa plume spirituelle et sincère un ouvrage très-inté-
ressant sur la cour de Louis XIV et sur la Régence. Historien
grand seigneur, il a au plus haut degré les préjugés de son rang.