Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
159
J'en charge mon tonnerre, et j'ajuste la bête
Droit au front. Elle fuit, et va, tout d'une traite.
Courir au fond du plus épais taillis.
Jugez, monsieur, si je restai surpris.
Lorsque, six mois après, je la revis
Avec... un cerisier sur sa tête!
LES RATS ET LA LANTERNE.
fable.
Trois jeunes rats vivaient dans un obscur réduit,
Où, pour diminuer les ombres de la nuit,
Brillait le feu d'une lanterne.
C'était là, pour ces rats, le disque du soleil;
Et cet astre, quoiqu'un peu terne,
Fixait l'heure, pour eux, des repas, du sommeil.
Leur cave était de forme ronde:
Lorsqu'on en avait fait le tour.
On avait fait le tour du monde.
Ils admiraient de loin ce grand flambeau du jour
Qui répandait partout sa lumière féconde,
Et dorait de ses feux les tonneaux d'alentour.
Or, un soir que tous trois, tapis dans leur tannière,
Racontaient leurs exploits divers :
//J'ai déjà fait deux fois le tour de l'univers",
Dit un d'entre eux, //et, durant ma carrière,
//Je me suis approché du soleil de si près
//Que ma moustache en est brûlée:
//Vous m'allez traiter tous de tête écervelée.
//Mais moi, j'aime la gloire, et veux, par de *hauts faits,
//Illustrer mon nom à jamais."
— //Quoi, n'est-ce que cela?" reprit un de ses frères,
//Mes exploits sûrement ne vous sont pas connus:
//J'aime à me réserver pour les grandes affaires.
//Après mille dangers, surmontés ou prévus,
//Je suis enfin entré dans la maison brûlante,
Qu'habite du soleil la masse flamboyante:
//C'est un palais de fer de toute part vitré.