Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
wm
5
Car le Seigneur qui comprit mon désir.
Pour m'en punir,
Me fit connaître et la rive de France,
Et la soullrance.
Et maintenant, je dis tous les matins.
Joignant les mains :
»Oh! rendez-moi ma cabane chérie
Et ma patrie!
Rendez-les moi: mes beaux jours, mes plaisirs
Et mes désirs!"
Mais au Seigneur, ma prière plaintive
Jamais n'arrive!
Louise Arbey.
HYMNE AU SOLEIL.
Dieu, que les airs sont doux! que la lumière est pure!
Tu règnes en vainqueur snr toute la nature,
0 soleil ! et des cieux, où ton char est porté,
Tu lui verses la vie et la fécondité!
Le Jour où, séparant la nuit de la lumière,
L'Eternel te lança dans ta vaste carrière.
L'univers tout entier te reconnut pour roi ;
Et l'homme en t'adorant, s'inclina devant toi.
Dès ce jour, poursuivant ta carrière enflammée.
Tu décris sans repos ta route accoutumée;
L'éclat de tes rayons ne s'est point affaibli,
Et sous la main des temps ton front n'a point pûli!
Quand la voix du matin vient réveiller l'aurore,
L'Indien, prosterné, te bénit et t'adore!
Et moi, quand le Midi de ses feux bienfaisants
Ranime par degrés mes membres languissants.
Il me semble qu'un dieu, dans tes rayons de flamme,
En échauffant mon sein, pénètre dans mon âme ;
Et je sens de ses fers mon esprit détaché.
Comme si du très-*haut le bras m'avait touché.
Mais ton sublime auteur défend-il de le croire?