Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
117
L'arhre tient iton, le roseau plie.
Le vent redouble ses eflbrts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à fempire des morts!
La Fontaine,
LE CHAT, LA BELETTE ET LE PETIT LAPIN.
Du palais d'un jeune lapin
Dame belette un beau matin,
S'empara: c'est une rusée.
Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée.
Elle porta chez lui ses pénates, un jour
Qu'il était allé faire à l'aurore sa cour
Parmi le thym et la rosée.
Après qu'il eut brouté, trotté, fait tous ses tours,
Jeannot lapin retourne aux souterrains séjours.
La belette avait mis le nez à la fenêtre.
//O dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître?
Dit l'animal chassé du parternel logis.
//Holà! madame la belette.
Que l'on déloge sans trompette,
Ou je vais avertir tous les rats du pays."
La dame au nez pointu répondit que la terre
Était au premier occupant.
C'était un beau sujet de guerre.
Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant!
//Et quand ce serait un royaume,
//Je voudrais bien savoir," dit-elle, //quelle loi
En a pour toujours fait l'octroi
A Jean, fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume,
Plutôt qu'à Paul, plutôt qu'à moi."
Jean lapin allégua la coutume et l'usage;
//Ce sont", dit-il, //leurs lois qui m'ont de ce logis
Rendu maître et seigneur, et qui, de père en fils,
L'ont de Pierre à Simon, puis à moi, Jean, transmis,
Le premier occupant, est-ce une loi plus sage?" *
— //Or bien, sans crier davantage,