Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
98
rudes, lassèrent à tel point la patience de son maître, que celui-ci
résolut à la fin de lui interdire l'école.
H était à peine âgé de dix ans, lorsqu'un trait de témérité
sembla vouloir annoncer, ce que promettait déjà ce courage intré-
pide qui ne l'abandonna jamais. La tour de Flessingue, connue
par sa prodigieuse *hauteur, demandait quelques réparations. Aussitôt
que de buyteu aperçut les échelles des couvreurs, apposées contre
le mur, il saisit cette occasion, et, dans un clin d'oeil, on le vit au
sommet du clocher dont il tenait la croix. Les spectateurs du bas,
saisis d'épouvante à la vue du danger qu'il courait, le crurent en
eifet perdu; d'autant plus que les ouvriers, après avoir achevé
leur travail, avaient enlevé les échelles. Sans se laisser intimider,
ni s'inquiéter le moins du monde de ce contre-temps, il se sert
des talons de ses gros souliers, et fait plusieurs entailles dans l'ardoise
qui recouvrait le dôme. Ces cavités sont pour lui autant de mar-
ches; il s'y cramponne et parvient heureusement jusqu'au bas de
la tour. »Ce fut ainsi," dit son biographe brand , »que le garçon
• cordierl) qui, dans son enfance monta jusqu'au *haut d'une tour,
1 devait s'élever un jour au-dessus de ses rivaux de gloire, après avoir
»passé successivement par tous les grades de la marine, après avoir
»affronté tous les périls du perfide élément, et triomphé du plus grand
■ nombre de ses ennemis." Traduction libre du »hollandais.
L'AMOUR DU SOL NATAL.
Le Père de tout et de tous, en plaçant un si grand nombre de
créatures différentes, et particulièrement l'homme, sur cette terre, n'a
sans doute pas voulu créer des êtres destinés au malheur. L'histoire
de tous les peuples en général, celle de chaque créature en parti-
culier, nous offre une preuve incontestable de cette assertion ; tous
les siècles démontrent cette vérité, chaque jour même la certifie.
Malgré les grands contrastes que présentent les contrées qu'ha-
bitent tant de peuples dispersés, depuis le voisinage des pôles
1) On se rappellera que l'Amiral michel-adrien de ruyter tourna
une des roues de la corderie des frères Lampsens, à Flessingue, à
l'âge de onze ans, et qu'il gagnait six sous par semaine: Il y fila
sa vie, une Parque a filé sa mort (1676). — Louis XIV, son ennemi,
donna des larmes au *héros de Salé et de Chaiam, comme le consy^l
Marcellus avait pleuré la mort d'ArchMde.